Ma coloc’ Nina (1)

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Ma coloc’ Nina (1)CHAPITRE 1: L’autre Nina.Avant de raconter mon histoire, peut-être qu’une petite présentation s’impose. Je m’appelle Marc. A l’époque des faits, j’avais 25 ans, et je venais de décrocher un CDI dans une boîte d’import-export. Loin d’être un emploi passionnant, il avait au moins le mérite de payer mes factures. Ce qui était loin d’être négligeable, puisque je vivais dans un grand appartement du centre de Lyon, hérité d’un lointain parent. Pour réduire les coûts, j’avais donc décidé de me mettre en colocation avec Nina.Nina avait 22 ans, et je la connaissais bien puisque pendant longtemps, je l’ai d’abord considérée comme la petite sœur de mon meilleur ami. On s’est un peu perdu de vue pendant un moment, puisque toute la famille est partie vivre dans le nord de la France. Et puis un jour, j’ai reçu ce message d’elle, qui me disait qu’elle revenait à Lyon pour son Master, et qu’elle cherchait des logements. Elle qui ne cherchait que des infos, ça tombait à point nommé. Elle a emménagé quelques jours après, chargée de deux grosses valises. Je me suis gardé la plus grande chambre, celle avec le balcon, mais la sienne ne déméritait pas : parquet ancien et hauts plafonds comme partout ailleurs, cheminée et grands placards. Nina a tout de suite aimé habiter ici.Un peu plus d’un mois était passé depuis le début de notre colocation. Nina avait bien investi les lieux. A commencer par notre salle de bain commune, où elle avait, intentionnellement ou pas, étalé tous ses produits de beauté. Moi qui ne la connaissais pas vraiment avant ça, j’ai découvert canlı bahis şirketleri le côté « bordélique » de Nina. Des fringues à elle étaient éparpillées, un peu dans le salon, un peu dans l’entrée. Mais ça ne me dérangeait pas. J’aimais ce joyeux foutoir, qui rendait l’appartement moins froid, plus vivant. J’ai aussi découvert un autre aspect de Nina que je ne connaissais pas forcément avant : Nina était une jeune femme diablement sexy !Des cheveux presque noirs, qui lui tombaient sur les épaules et qu’elle mettait souvent en queue de cheval. Des yeux noisettes, et une peau bronzée, sûrement un héritage de ses lointaines origines espagnoles. Son corps était pour moi une nouveauté. Une silhouette élancée, sculptée par quelques années d’athlétisme. Une poitrine modeste mais en totale adéquation avec le reste, et un fessier qu’elle mettait souvent en valeur dans des pantalons assez moulants.Pour autant, et bien que ce soit plaisant de vivre avec cette belle créature, je ne considérais pas Nina comme une future conquête. Surtout que je n’avais pas à me plaindre, je ne manquais pas forcément de relations.Bien sûr, ce n’est pas resté très longtemps le cas.Un jour, début octobre, soit un peu plus de deux mois après le début de notre colocation, je suis rentré du travail un peu plus tôt. J’avais prévenu que je rentrerais tard, mais la réunion qui devait me retarder avait été annulée. Une fois dans l’appartement, j’ai tout de suite remarqué ces bruits, que chacun reconnaitrait parmi mille. Ces petits gémissements, cette preuve d’un plaisir canlı kaçak iddaa qu’on prend non loin de là. J’ai d’abord ressenti un malaise, pensant que je dérangeais, alors que j’étais chez moi, au final. Et puis j’ai eu un petit sourire. Je me demandais si Nina avait ramené quelqu’un à la maison, ou si elle s’offrait un petit plaisir solitaire. Je me suis dirigé vers le salon, faisant intentionnellement grincer les lattes du parquet. Les gémissements n’ont pas cessé ni même diminué pour autant. A quelques mètres du salon, je me suis retrouvé devant la porte de la chambre de Nina. Là, j’ai hésité. Très peu, au final, peut-être quelques secondes. Bêtise ou pas, guidé par ma curiosité, j’ai poussé la poignée et entrouvert la porte. Ce que j’y ai vu m’a bien entendu choqué, dans un sens, car je ne connaissais pas Nina sous cet angle, mais aussi terriblement excité. Nina était allongée sur son lit, face à moi. Je pouvais voir ses yeux fermés, sa tête rejetée en arrière, l’un de ses tétons ressortant de son soutien-gorge. Ce que je pouvais encore mieux voir, ce sont ses jambes, ouvertes, relevées, genoux pliés, sa petite culotte pendant à l’une de ses chevilles. Et son sexe. Sa toison brune au-dessus de ses lèvres épilées. Et le manche de l’une de ses brosses à cheveux qui y entrait, puis en sortait, vigoureusement, dans des bruits humides significatifs du plaisir qu’elle devait prendre. Nina n’en finissait plus de gémir en face de moi. J’ai cru à un moment qu’elle avait ouvert les yeux et m’avait repéré, mais qu’importe, je ne pouvais plus reculer. canlı kaçak bahis Il fallait que je la regarde jusqu’au bout. Ce petit manège a duré un certain temps, une éternité trop courte, en vérité. Puis je l’ai vu glisser une main sur sa fesse, l’écarter, glisser un doigt dans sa raie. Elle a enfoncé une phalange dans son anus, redoublant d’effort dans son autre orifice, puis je l’ai vue se tendre, parcourue par des éclairs, et crier. L’orgasme venait de la terrasser violemment. Elle a fait retomber ses jambes, la brosse à cheveux toujours fichue dans son vagin, et là j’ai vu sa poitrine monter et descendre, tandis qu’elle reprenait son souffle. C’est à ce moment-là que je me suis éclipsé, avant d’être vu à mon tour.Bien sûr, excité comme je l’étais, il a fallu que je me soulage moi aussi. J’ai hésité un moment à aller piocher sur un site porno, mais je savais déjà que je n’y trouverais pas satisfaction. Alors je suis allé dans la salle de bain, et par terre, j’ai trouvé ce qui allait peut-être être ma délivrance: une culotte de Nina. Mon sang n’a fait qu’un tour. J’ai défait mon pantalon, saisi mon sexe, porté le sous-vêtement à mes narines, et je me suis masturbé. Je n’avais rien d’autre en tête que les images de Nina se pénétrant avec sa brosse. J’ai revécu toute la scène, intérieurement, jusqu’à ce que je sente l’orgasme m’emporter. J’ai joui dans la culotte, avant de me rendre compte de ce que je venais de faire. J’ai alors jeté le sous-vêtement poisseux dans le bac à linge sale, espérant que Nina ne verrait rien.Plus tard, nous avons diné ensemble, Nina et moi, et j’étais bien évidemment très mal à l’aise dès que je croisais son regard. Je l’ai faite plutôt courte, ce soir là, et je suis allé me coucher tôt. Il m’aura quand même fallu deux nouvelles masturbations pour réussir à m’endormir.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Genel içinde yayınlandı

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir